Accueil Actu Quelles questions doit-on insérer dans un rapport d’étonnement ?

Quelles questions doit-on insérer dans un rapport d’étonnement ?

Le rapport d’étonnement est l’un des nombreux outils utilisés par les responsables des ressources humaines. Ces derniers demandent aux nouveaux recrus d’élaborer ce document afin d’en savoir plus sur leurs impressions concernant l’entreprise. Si votre employeur vous demande de lui fournir un rapport d’étonnement, alors n’hésitez pas à lire cet article. Vous y découvrirez les questions qui doivent y figurer. Focus.

Rapport d’étonnement : définition

Le rapport d’étonnement est l’un des documents que l’on demande souvent au nouveau salarié d’une entreprise. Il est encore appelé « note d’observation critique ». Il permet au nouveau salarié de faire le point de ses impressions après ses premiers mois ou semaines au sein de l’entreprise.

Lire également : Pourquoi faire un Mooc ?

En fait, un rapport d’étonnement complet identifie les points bloquants ainsi que les points à améliorer pour le bon fonctionnement du poste. Ce rapport s’impose à tous les nouveaux employés, quel que soit leur niveau hiérarchique. Le rapport est adressé :

  • Au Supérieur hiérarchique ;
  • Au Manager ;
  • Aux collaborateurs ;
  • Au Directeur ;
  • Au Responsable des ressources humaines, etc.

Il peut être rédigé non seulement par un nouvel employé, mais aussi un stagiaire, ou un employé après une mobilité interne.

Lire également : Les avantages de l’agefiph

Les responsabilités mises en cause

Le rapport d’étonnement rempli des objectifs pour les deux parties. Autrement dit, pour l’entreprise et pour le nouvel employé.

En ce qui concerne l’employé, ce document lui permet d’évaluer sa capacité à intégrer l’entreprise. Aussi, il lui permet d’identifier les nouvelles compétences liées à son nouveau poste. Le document lui permet de faire des critiques constructives et objectives pour l’entreprise.

Le rapport d’étonnement est utile pour l’employeur en ce sens qu’il lui sert à rassembler des informations pertinentes sur l’entreprise. Il devra de ce fait accepter les critiques et les analyser au besoin. Après analyse, il peut traiter les informations pertinentes et en tirer des leçons. Celles-ci pourraient être bénéfiques et servir de puissant outil d’amélioration.

Les points à prendre en compte pour un bon rapport d’étonnement

Pour rédiger un bon rapport d’étonnement, certains points essentiels sont à prendre en compte.

Tout d’abord, il faudrait que vous compreniez une chose. La note d’étonnement ne consiste pas à lister les différents problèmes que vous avez rencontrés dans l’entreprise. Au contraire, il s’agit d’expliquer les types de difficultés que vous avez rencontrés au sein de l’entreprise afin qu’ils ne se répètent plus avec d’autres recrus. Vous pouvez aussi proposer des solutions.

Ensuite, un rapport d’étonnement original s’appuie sur la curiosité et votre capacité à observer. Vous devez faire connaitre vos interrogations, et vos incompréhensions. Vous n’avez pas besoin de mentionner les mauvaises conduites de vos collègues. Le but du rapport n’est pas de faire un procès des comportements de vos collègues, encore moins de juger certaines valeurs de l’entreprise. Les remarques doivent être en rapport avec votre intégration, et vos activités au sein de l’entreprise.

Pour finir, votre rapport doit être rédigé avec beaucoup d’attention. Vos mots doivent être bien réfléchis, sinon ils se retourneront contre vous. Même les critiques doivent être constructives. Le ton d’expression, si le rapport doit être présenté oralement, doit être pris en compte. Notez aussi que le meilleur temps pour rédiger le rapport est le conditionnel.

La rédaction du rapport d’étonnement

Le rapport d’étonnement est un document qui se rédige dès la première journée dans l’entreprise. De ce fait, le salarié peut donc commencer à prendre de petites notes régulièrement.

En ce qui concerne les éléments à inclure dans le document, vous avez une grande liberté. Vous pouvez choisir la trame rapport d’étonnement qui vous convient. Toutefois, il est important qu’il comporte les réponses aux questions ci-après :

  • Que pensez-vous du processus de recrutement ?
  • Comment ont été vos premiers jours au sein de l’entreprise ?
  • Avez-vous aimé l’accueil ?
  • Comment trouvez-vous votre environnement de travail ?
  • Les outils disponibles sont-ils performants ?
  • Qu’est-ce que vous n’avez pas apprécié au sein de l’entreprise ?
  • Quelles sont les améliorations que vous suggérez ?

Quant à la structure rapport d’étonnement, elle n’a pas trop d’importance. Toutefois, elle est nécessaire pour une meilleure compréhension de la note d’étonnement. Une note d’étonnement bien structurée évite que le lecteur se perde dans votre document. Laissez cours à votre créativité.

Vous pouvez faire une introduction rapport d’étonnement, un corps du devoir et une conclusion. Si cette structure vous parait complexe, vous pouvez faire simplement des colonnes.

Vous pouvez ensuite présenter le rapport sous un document Word ou PowerPoint.

Le délai de rédaction du rapport d’étonnement

Le rapport d’étonnement doit être conclu pendant la période d’observation. La période d’observation est généralement fixée à 3 mois environ après le recrutement dans l’entreprise.

Avant ce délai, le document ne serait pas très bénéfique pour les deux parties. Il ne leur permettrait pas d’avoir une vision large et complète de l’entreprise. Le rapport sera donc incomplet.

Après ce délai, il risquerait de comporter des informations qui ne seront plus un étonnement pour l’employé. De ce fait, il peut omettre de les mentionner. Pour qu’il y ait vraiment étonnement, la période idéale est de 3 mois.

En résumé, comme tout document, la rédaction d’une note d’étonnement peut sembler difficile au début. Cependant, mettez-y du vôtre, car ce document est important pour créer un rapport de confiance entre le supérieur et vous. Pour un début, vous pouvez vous inspirer d’un exemple de rapport d’étonnement sur internet.

ARTICLES LIÉS